Club Grand Place, de la Grand Place au Brabant

Club Grand Place La Libre Belgique Comité de Soutien Retombées média

 COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le Club Grand Place mobilise nos leaders pour l’image de Bruxelles…

François Didisheim et Paul Grosjean ont lancé en 2018 le Club Grand Place. Ce collectif a pour vocation d’aider à redorer le blason de Bruxelles en mettant en évidence tous les secteurs où notre capitale excelle. Il est proposé aux leaders concernés d’être les ambassadeurs de ce projet et de porter les messages adéquats.

Malgré de nombreux atouts, notre capitale est encore trop souvent victime du « Brussels Bashing ». C’est pourquoi François Didisheim et Paul Grosjean ont décidé de créer en 2018, avec l’apport d’autres personnalités bruxelloises, le Club Grand Place. Ce n’est ni un cercle d’affaires ni un lieu géographique mais une signature. Au travers de cette marque, l’idée est de communiquer aux citoyens bruxellois les motifs d’être fiers de leur ville afin qu’ils puissent contribuer à son rayonnement. Pour véhiculer ces messages, le Club Grand Place fait appel à des ambassadeurs recrutés parmi les leaders des secteurs où Bruxelles excelle. Parmi les premiers signataires, on peut citer Christian Raftopoulos (UCL/Saint Luc) et Brigitte Chanoine (ICHEC) pour le secteur académique, Peter de Caluwe (La Monnaie) et Beatrix Bourdon (Brafa) pour le secteur culturel, Philippe Gillion (Macan Development) et Claire Petit (Iris Group) pour le secteur économique.

Aujourd’hui, le Club Grand Place, par la voix de son porte-parole Paul Grosjean, s’exprime régulièrement, notamment via la newsletter numérique MétroPaul qui est envoyée chaque semaine à plus de mille leaders d’opinion à Bruxelles. Par ailleurs, en partenariat avec la revue Lobby, le Club Grand Place publie des tribunes et organise des forums grâce auxquels les principaux leaders bruxellois peuvent donner leur opinion sur leurs sujets de prédilection. Tous les thèmes propres à la métropole bruxelloise peuvent ainsi être abordés : patrimoine, culture, architecture, urbanisme, immobilier, économie, finance, recherche, santé, environnement,… L’idée est de promouvoir tous les domaines d’excellence de Bruxelles. Parce que Bruxelles est plus que Bruxelles…

Pour tout renseignement : Paul Grosjean (paul@aubalcondelactu.be/0477-33.63.22.)

 

SYNTHÈSE DES DIFFÉRENTES INTERVENTIONS AU FORUM DU CLUB GRAND PLACE

 

  1. Paul Grosjean, porte-parole du Club Grand Place :

« Tous les Bruxellois doivent se réapproprier le Centre de Bruxelles »
« En fait, il est fondamental que le cœur de Bruxelles soit réinvesti par tout le monde : habitants, travailleurs, consommateurs, commerçants, navetteurs, touristes. Je dirais même que tous les Bruxellois doivent se réapproprier le centre-ville. Et tous les Bruxellois, ce ne sont pas uniquement celles et ceux de 1000 Bruxelles. Ce sont aussi les Anderlechtois, les Molenbeekois, les Forestois, les Ixellois, les Ucclois, etc… Bruxelles est une communauté urbaine qui va de Leuven à Louvain-la-Neuve et la Grand Place est le cœur de cette communauté ».

 

  1. Philippe Close, Bourgmestre de Bruxelles

« La fin des travaux, en 2020, amplifiera le retour au Centre »
« Bruxelles entend maintenant concilier son destin européen et la qualité de vie locale. Pour répondre à ce destin, la capitale bénéficie heureusement de nombreux atouts, à commencer par le renouveau démographique. En outre, notre région est la cinquième la plus riche d’Europe avec un PIB correspondant à deux fois la moyenne européenne. Elle attire les projets d’investissements. La Ville de Bruxelles, notamment, est intéressée par les projets immobiliers car leurs rentrées fiscales permettent de financer d’autres politiques comme l’enseignement. Même si je constate avec satisfaction qu’elles ont tendance à rester, je reconnais aussi que les entreprises ont parfois des difficultés à venir. C’est pourquoi nous soutenons toutes celles qui s’établissent à Bruxelles. Mais nous pensons qu’à partir de 2020, quand les travaux seront terminés, ce sera plus facile de les attirer ».

 

  1. Ans Persoons, Echevine de l’Urbanisme

« Préservons la mixité du Centre de Bruxelles »
« La suppression des boulevards centraux donne lieu désormais à de larges espaces de rencontre avec une multitude de fonctions à concilier entre une pluralité d’usagers. Laissons à ces nouveaux espaces le temps de se faire, à la population le temps de se les approprier. Et à la Ville d’éviter la surappropriation d’une fonction au détriment d’une autre. Par exemple, nous sommes très attentifs à la massification du phénomène des hébergements touristiques tels qu’Airbnb. C’est ainsi qu’avec 9 autres métropoles, nous avons fait part aux institutions européennes de notre crainte d’assister à un nouvel essor de cette activité qui porterait atteinte à un marché du logement déjà fragilisé et menacerait l’équilibre des villes ».

 

  1. Serge Fautré, CEO AG Real Estate

« Investissons dans le Centre de Bruxelles »
« En tant que développeurs urbains, nous avons investi un milliard d’euros dans le Pentagone. Nous encourageons le secteur immobilier à nous suivre dans cette démarche. Et nous demandons aux autorités d’être efficaces et coordonnées dans les matières qui les concernent : mobilité, sécurité, propreté,… Notamment, en ce qui concerne le logement, nous devons être très attentifs à maintenir des prix abordables. Pour ce faire, nous devons développer une offre suffisante, ce qui implique de recevoir les permis dans les délais raisonnables et de limiter les recours abusifs. En résumé, nous voulons préserver l’esprit de dialogue entre le secteur public et le secteur privé et sommes conscients que c’est la condition sine qua non pour amplifier le mouvement de retour vers le centre. Bruxelles a besoin de la coproduction de tous les acteurs de la ville ».

 

  1. Jean-Philip Vroninks, CEO JLL Belux

« Identifions les clés du renouveau du Centre de Bruxelles »
« Le centre-ville est en ce moment dans une phase de transformation illustrée par le piétonnier dont les travaux touchent progressivement à leur fin ou, encore, par le développement de nouveaux projets de bureaux, de surfaces commerciales et de logements. Ce renouveau vise à rendre le centre-ville à ses utilisateurs quotidiens, que ce soient les habitants, les occupants de bureaux, les commerçants et les consommateurs. Ceci n’est possible qu’avec une bonne synergie entre les citoyens, les investisseurs, les promoteurs et les pouvoirs publics. D’où notre idée de créer un think tank réunissant les acteurs urbains afin de soutenir le développement du Centre de Bruxelles. Pour réussir ce plan de relance, en tant qu’expert, JLL identifie 5 clés : la Connectivité, l’Environnement, la Responsabilité, la Diversité et, enfin, la Culture et l’Héritage ».

 

  1. Delphine Houba, Echevine de la Culture, du Tourisme et des Grands Evénements

« Démocratisons et délocalisons la culture ! »
« Mes 3 compétences se complètent parfaitement et me permettent d’avoir une vision globale de mon action. Rendre la culture accessible à tout le monde est au cœur de l’ambition que je porte pour Bruxelles. Si les Bruxellois n’ont pas la possibilité de fréquenter les lieux culturels, la culture doit sortir de ses murs pour aller à leur rencontre. Par ailleurs, l’organisation d’événements dans l’espace public participe tant à l’attractivité de la Ville qu’à son développement socioéconomique et à sa cohésion sociale. Le rayonnement de Bruxelles émane de sa grande richesse culturelle. Notre cité ne compte pas moins de 900 événements par an. L’enjeu est dès lors de trouver l’équilibre entre l’habitabilité des quartiers et l’attractivité de notre ville. Pas question d’opposer Bruxellois et touristes. C’est pour cela que je vais à la rencontre des riverains et des commerçants. Idem avec les organisateurs privés. Je m’inscris dans une démarche d’écoute et de co-construction ».

 

  1. Olivier Mees, Directeur de Brussels Major Events

Bruxelles, terre d’événements dans l’espace public
« Comme l’indique Madame l’Echevine, l’organisation d’événements dans l’espace public participe tant à l’attractivité d’une ville telle que Bruxelles qu’à son développement socioéconomique et à sa cohésion sociale. De ville globale et cosmopolite, de centres d’affaires et de politique européenne, Bruxelles est devenue aujourd’hui une ville qui bouge, une ville qui attire, une ville dont l’offre culturelle n’a jamais été aussi large. Le secteur événementiel représente manifestement un enjeu économique et social important et contribue à renforcer cette attractivité. Mais les contraintes et les particularités de la capitale de l’Europe sont nombreuses : manifestations revendicatives et sommets européens s’ajoutent chaque année aux chantiers concernant les axes les plus empruntés. Heureusement, la Ville de Bruxelles est armée pour affronter ces défis événementiels ».

 

  1. Paul Le Grand, Président de l’Ommegang Brussels Event

« L’Ommegang porte l’image de Bruxelles à l’étranger »
« Il est très important de faire rayonner Bruxelles. Aujourd’hui, l’Ommegang a pour vocation de rassembler les Belges et les Bruxellois autour de leur histoire et de faire rayonner leur pays et leur ville à l’étranger. Ce spectacle symbolise l’identité belge et bruxelloise au même titre que le chocolat, la bière ou les frites. Cette image est diffusée jusqu’aux Etats-Unis, au Japon ou en Chine. L’Ommegang était notamment présent lors de 4 expos universelles, dont celle de Milan en 2015 ».

 

  1. Henry de Giey, fondateur de La Belgique Gourmande 

« Le tourisme est en plein boom dans le cœur de Bruxelles »
« J’ai évidemment souffert des attentats du 2 mars 2016. C’est normal dans la mesure où je dépends à 95% du tourisme. Mais cette crise a été une opportunité. Elle m’a obligé à me réinventer. Cela a porté ses fruits puisque j’emploie maintenant une centaine de personnes. De tout façon, d’une manière générale, le tourisme est en pleine croissance depuis les attentats. C’est dû en partie à la politique événementielle de la Ville. Par ailleurs, nos études montrent que le chantier du piétonnier n’a eu aucun effet négatif sur La Belgique Gourmande. Je suis certain que ce grand projet sera bénéfique pour la capitale. L’avenir est à la piétonnisation des centres urbains. Il faut que les Bruxellois se réapproprient leur cœur historique et redécouvrent leur patrimoine. De mon côté, pour élargir mon réseau de vente, je m’attelle à rénover de vieilles demeures de l’Ilot Sacré. J’adore cette démarche ».

Nos évènements

Retour en images sur la soirée du Club Grand Place ce mardi 19 juin à l’Hôtel Amigo :

La dernière édition du magazine Grand Place

Merci à nos partenaires

  

 

Contacts

Paul Grosjean
Rédacteur en chef de Lobby
+32 477 33 63 22
Julie Piret
Responsable abonnements
+32 476 49 58 75