Mis à jour le 11 février 2021

Objectif 2022 pour la culture bruxelloise !

Partager sur
BOZAR (Centre for Fine Arts) during morning civil twilight in Brussels, Belgium
métropaul

Chronique de la résilience bruxelloise (45)

Depuis des mois, comme dans beaucoup de régions du monde, la culture bruxelloise est quasiment à l’arrêt. Néanmoins, d’ici la fin de l’année, on peut raisonnablement miser sur une reprise progressive des activités. Bref, il est permis d’espérer un retour à la normale en 2022. A partir de là, il appartient à nos autorités publiques d’anticiper le mouvement et de préparer d’ores et déjà l’année prochaine. Il faudrait trouver le fil conducteur qui puissent réunir toutes les forces vives. Heureusement, de nombreux événements sont en gestation pour 2022. Parmi ceux-ci, il y aura trois anniversaires qui mettront en évidence l’extraordinaire richesse du patrimoine culturel de la métropole bruxelloise. Ce seront les 175 ans des Galeries Royales Saint-Hubert et du Cercle Royal Gaulois Artistique & Littéraire ainsi que le centenaire de la création de la Société du Palais des Beaux-Arts. Voilà trois superbes opportunités à exploiter. Pour autant que tous les pouvoirs concernés puissent se coordonner : Etat fédéral, Communauté Flamande, Fédération Wallonie-Bruxelles, Région de Bruxelles-Capitale, Ville de Bruxelles. On peut rêver…

Le 1er juillet 1847, le Roi Léopold Ier, accompagné de ses deux fistons, Léopold et Philippe, inaugure les Galeries Saint-Hubert. A l’époque, ce sont les plus grandes du monde. Il s’agit également du premier immeuble à appartements de Belgique et du premier bâtiment à intégrer l’acier. Les 3 verrières à structure métallique, correspondant aux 3 galeries, relèvent d’une prouesse technologique de premier plan. En tout cas, ces 3 passages constituent un véritable village dans la ville. Toutes les fonctions urbaines y sont représentées : commerce, logement, culture, loisirs,… Ce chef d’œuvre de l’architecture néo-classique est dû à Jean-Pierre Cluysenaar. Quelques mois plus tard, très exactement le 23 novembre 1847, le Cercle Gaulois Artistique & Littéraire voit le jour. L’idée est de constituer un centre de réunion pour les amis des arts et des lettres. Après deux ans, il y a déjà 300 membres dont Victor Hugo et Alexandre Dumas. Le Cercle est d’abord situé au numéro dix de la Galerie de la Reine. Il déménage ensuite à la Maison du Roi à la Grand Place. Et c’est en 1871 qu’il s’installe définitivement dans le Waux-Hall du Parc de Bruxelles. Jusqu’à l’inauguration du Palais des Beaux-Arts, le Cercle Gaulois est de loin le plus important centre de la vie intellectuelle, musicale, artistique et mondaine de la capitale…

En fait, à Bruxelles, l’idée de rassembler dans un même lieu de multiples disciplines d’expression artistique remonte au XIXème siècle. Mais ce n’est qu’en 1922, à l’initiative d’Adolphe Max, Bourgmestre de la Ville et d’Henry Le Bœuf, financier et musicien, qu’est créée la Société du Palais des Beaux-Arts. Celle-ci se charge de piloter le palais conçu par Victor Horta. Le projet se concrétise malgré la vive tension entre Victor Horta et Henry Le Bœuf. Heureusement, la Reine Elisabeth veille au grain. La première maison de la culture en Europe ouvre ainsi ses portes en 1928. Cette pépite de l’Art Déco couvre plus d’un hectare et s’articule autour de la célèbre Salle Henry le Bœuf (récemment endommagée à la suite de l’incendie de la toiture). Véritable pôle de la culture européenne, Bozar attend maintenant la désignation de son prochain Directeur Général et le renouvellement de son Conseil d’Administration. Une nouvelle histoire belge en perspective…

Chroniqueur bruxellois + 32 477 33 63 22 • www.aubalcondelactu.be • www.clubgrandplace.eu