Mis à jour le 30 septembre 2020

Chroniques de la résilience bruxelloise (26)

Partager sur
métropaul

Enfin, un plan innovant, esthétique et fédérateur pour le Bois de la Cambre !

Architecte-urbaniste, fondateur d’ARCHI 2000, Philippe Verdussen a installé depuis de nombreuses années ses bureaux dans le cadre merveilleux du Bois de la Cambre. Fin 2019, in tempore non suspecto, à l’occasion des 30 ans de son cabinet, il a décidé de se pencher, avec son équipe, sur certaines problématiques urbaines de la métropole bruxelloise. Le premier cas qu’il a ainsi traité est celui de la circulation cycliste et piétonne dans le Bois de la Cambre. Aujourd’hui, vu le contexte créé par la fermeture de ce bois, son projet, intitulé Bikesline, prend une dimension toute particulière. En appliquant ce plan, les autorités auraient l’occasion unique de doter Bruxelles d’une réalisation emblématique en matière de mobilité. Ce parcours surélevé pour cyclistes et piétons dans le Bois de la Cambre serait reconnu dans toute l’Europe. En outre, il faciliterait une démarche de partage, de cohabitation entre les différents modes de transport au sud de Bruxelles. Tout en embellissant ce site classé. Affaire à suivre…

La proposition du cabinet ARCHI 2000 pour améliorer la mobilité du Bois de la Cambre s’inscrit dans la continuité des travaux de mise en valeur effectués par Beliris de 2005 à 2011. Tout en respectant la fonction d’axe de pénétration dans Bruxelles, il s’agit de renforcer le rôle social que ce jardin imaginé par Edouard Kellig à partir de 1857 doit assumer. L’idée est de mettre sur pied des ouvrage efficaces, raffinés, discrets et… ludiques. Cela nécessiterait bien sûr une étude approfondie et une concertation poussée. Il faudra notamment tenir compte des reliefs accidentés du Bois ainsi que des croisements avec la circulation automobile.

Le principe de base du projet Bikesline d’ARCHI 2000 est de permettre aux cyclistes et aux piétons de s’élever pour se détacher des nuisances. Voir, contempler, respirer sera le leitmotiv de telles balades. Concrètement, le cabinet d’architectes propose aux autorités de construire une structure surélevée en bois s’intégrant à la scénographie paysagère du Bois de la Cambre. L’ambition est d’offrir aux usagers dits faibles l’assurance d’une traversée fluide, continue, sécurisée et libérée de toutes contraintes. C’est faisable, cela coûterait beaucoup moins cher qu’un tunnel et cela permettrait le consensus. En plus, cela contribuerait à optimiser l’esthétique du Bois de la Cambre, de quoi satisfaire la Commission Royale des Monuments et Sites en charge de la préservation de ce site classé. Enfin, ce serait l’opportunité pour la capitale de l’Europe de marquer un geste fort. Pourquoi s’en priver ?

Chroniqueur bruxellois + 32 477 33 63 22 • www.aubalcondelactu.be • www.clubgrandplace.eu