Mis à jour le 24 septembre 2020

Chroniques de la résilience bruxelloise (25)

Partager sur
métropaul

Monsieur le Bourgmestre, Bruxelles fout le camp !

A l’occasion de ma 25èmechronique de la résilience bruxelloise, permettez-moi de m’adresser directement au Bourgmestre de Bruxelles. J’aimerais précisément réagir à sa récente interview dans L’Echo par mes excellents confrères Pauline Deglume et Mathieu Colleyn. En réalité, le facteur déclenchant de ma réaction est que dans ce même quotidien, à la page précédente, une autre information a retenu mon attention : « Sotheby’s ouvre une agence immo à Lasne ». En reliant ces 2 articles (de manière totalement arbitraire), je me suis dit que l’exode de certains Bruxellois vers le Brabant wallon était bien entamé et que nos autorités feraient bien de s’en préoccuper…

A cause de cette crise sanitaire (que personne ne pouvait prévoir), Bruxelles tremble sur les fondamentaux qui ont fait son succès. Le tourisme est en berne, les hôtels sont inoccupés, certains restos restent fermés, le télétravail vide les bureaux, les fonctionnaires européens sont aux abonnés absents. C’est tellement vrai que le Bourgmestre a demandé aux patrons de Fortis et d’AG de faire revenir les travailleurs. Néanmoins, Philippe Close nuance, dans son interview, la désertion du centre-ville. « Rien qu’autour du piétonnier, on chiffre à 700 millions d’euros les investissements dans le logement, le bureau, l’hôtellerie et les commerces ».

En même temps, à la page précédente, sous la plume de Philippe Coulée, on apprend que Sotheby’s s’installe dans le Brabant wallon car il y a là 343 propriétés  représentant un montant total au-delà de 500 millions d’euros. Bien sûr, il ne s’agit que de logements de luxe. Il n’en demeure pas moins que l’immobilier de prestige est souvent précurseur, qu’il préfigure les changements de comportements. Bref, c’est un signe qu’il ne faut pas sous-estimer. D’autres informations me reviennent qui vont dans le même sens. Albert-Jean Niels, le célèbre restaurateur bruxellois, ne va-t-il pas ouvrir un nouveau resto à l’entrée de Waterloo ? Nombreux, par ailleurs, sont les patrons de PME qui délocalisent leurs bureaux vers le Brabant wallon. L’évolution du marché va vers plus d’espace et de mobilité en-dehors des grandes villes. Face à ce phénomène, faisons donc en sorte que les Wallons, comme les Flamands, aient encore envie de revenir dans le centre-ville. Car il est inutile, en ce moment, de compter sur les touristes et sur les employés pour animer le cœur de Bruxelles…

Chroniqueur bruxellois + 32 477 33 63 22 • www.aubalcondelactu.be • www.clubgrandplace.eu