Mis à jour le 17 septembre 2020

Chroniques de la résilience bruxelloise (24)

Partager sur
métropaul

L’Avenue Louise bientôt rebaptisée… Electric Avenue !

Bruxelles vit en ce moment au rythme de la Semaine de la Mobilité. Impossible de vous narrer par le menu les innombrables initiatives prises dans le cadre de cet événement hors du commun. Permettez-moi dès lors de me focaliser sur un seul cas qui me paraît significatif : celui de l’Avenue Louise. En effet, d’ici la fin 2020, cette célèbre artère bruxelloise sera équipée de 300 bornes de recharge pour voitures électriques. Ce projet d’envergure, baptisé « Electric Avenue », est réalisé par BePark en collaboration avec Sibelga, Engie et Febiac…

Il y a un peu moins d’un an, BECI lançait en grande pompe le programme 303030-City Climate Challenge. C’est ainsi que les entreprises de la Région de Bruxelles-Capitale se sont engagées à partager leurs ressources, savoir-faire, conseils et innovations afin de réduire de 30% d’ici 2030 les émissions de CO2 de la Région. A partir de là, de nombreuses intiatives ont vu le jour. Parmi tous ces projets collaboratifs, « Electric Avenue » sort incontestablement du lot. Il a d’ailleurs remporté le premier prix du jury présidé par Marc Decorte dans le cadre de ce 303030-City Climate Challenge. L’idée de Julien Vandeleene, CEO de BePark et coordinateur du projet, est de faciliter l’accès et l’usage de bornes par tous les utilisateurs de véhicules électriques de l’Avenue Louise.

« Electric Avenue » a pour ambition d’installer 300 bornes, ce qui peut être considéré comme une contribution majeure du secteur privé à la transition écologique de la région de Bruxelles-Capitale. Cette opération offrira une capacité de 45.000 recharges de véhicules par mois sur l’Avenue Louise. Ces bornes seront déployées sur 300 places de parking privées et hors voirie pour une solution moins chère, plus rapide, plus sécurisée. Pourquoi l’Avenue Louise ? Parce que c’est un quartier mixte avec une densité et une accessibilité fortes. Le potentiel est élevé, qu’il s’agisse des entreprises durant les heures de bureau et des riverains le restant du temps. La technologie permettra d’identifier les bornes disponibles, d’accéder au parking, de payer l’usage réel. Cette approche, aisément replicable, présente l’énorme avantage de pouvoir couvrir l’ensemble du territoire bruxellois. Qu’on se le dise, la résilience est en marche à Bruxelles et le secteur privé n’y est pas étranger…

Chroniqueur bruxellois + 32 477 33 63 22 • www.aubalcondelactu.be • www.clubgrandplace.eu