Mis à jour le 3 août 2020

L’espace de bureau ne sera plus jamais comme avant !

Partager sur
Silversquare

Que sera l’espace de bureau après le COVID-19 ? Pour en avoir le cœur net, nous avons interrogé un expert en la matière, Patrick Janssens van der Maelen, CEO d’IRIS Group. Sa conclusion est claire : la crise a accéléré le processus de mutation qui s’était enclenché auparavant. Cerise sur le gâteau : ce changement s’opère, non seulement rapidement, mais aussi correctement. La technologie y est pour beaucoup…

IRIS Group fait partie des fleurons des entreprises familiales de Belgique. Cette société représente 3.200 travailleurs répartis à travers tout le pays. Elle développe bien une activité industrielle (revêtements, traitement de surfaces,… ). Mais elle déploie surtout ses services dans le domaine facilitaire (propreté, espaces verts, travail manuel,…). L’idée est de rendre la vie de bureau la plus agréable possible. C’est dire si Patrick Janssens van der Maelen, CEO d’IRIS Group, dispose d’un poste d’observation unique par rapport à l’évolution du bureau…

LOBBY :Quelle est l’évolution de l’espace de bureau traditionnel ?
Patrick Janssens van der Maelen :Grâce ou à cause du télétravail, ou du home working comme disent certains, la vision du bureau sera, d’une manière générale, moins figée, plus dynamique, plus flexible L’organisation du bureau va être réorientée par ailleurs vers davantage d’espaces dédiés à la rencontre, à l’échange, à la convivialité, en opposition aux postes de travail classiques et individualisés. Comme le prouve la vogue pour le coworking, il y a une tendance lourde vers le bien-être, la relaxation,… L’employeur cherche de plus en plus à optimiser le confort de ses employés.

LOBBY :Cela signifie-t-il qu’il y aura moins de m2 consacrés au bureau ?
PJM :Pour les postes de travail en tant que tels, il y aura, selon moi, moins de m2. En tout cas, je constate que mon activité de nettoyage est en recul. Cela signifie que la surface de bureau est en diminution.

LOBBY :Tenant compte de l’extension du télétravail, est-ce que vous envisagez dès lors de développer de nouveaux services ?
PJM :En effet. Nous pensons par exemple au nettoyage à domicile ou à la livraison de repas à domicile. Nous évoluons de plus en plus vers un service de conciergerie…

LOBBY :Et qu’en est-il des mesures d’hygiénisation des bureaux ?
PJM :Il est clair que cette crise aura un impact durable sur l’hygiénisation des bureaux. On va devoir vivre longtemps avec ce virus. La distanciation physique va continuer. On doit également se préoccuper de la qualité de l’air, du confort aérosol. Le principe de précaution fait qu’il y a de nouvelles normes.

LOBBY :Que dire en matière de désinfection ?
PJM : C’est évidemment un aspect important de l’hygiène. Nous utilisons toutes les techniques, notamment les produits pro-biologiques, pour tuer les virus, les bactéries, les moisissures. Il s’agit d’être encore plus efficace puisque le même poste de travail peut désormais accueillir plusieurs personnes.

LOBBY :Mais comment savoir si le poste de travail est occupé ?
PJM : Dans la gestion des grands ensembles, il y a une technologie qui permet de savoir si les postes de travail sont utilisés… Idem pour les salles de réunion…

LOBBY :Et quid du côté de vos clients ? Quelle est l’attitude des entreprises vis-à-vis de l’hygiène ?
PJM :En fait, il y a trois cas de figure. Certaines entreprises respectent des protocoles très sévères. D’autres, par contre, semblent se désintéresser de la question. Enfin, il y a des cas où les bureaux sont carrément fermés. Bref, je ne peux que conseiller aux chefs d’entreprise de suivre les prescriptions du guide édité par la FEB.

LOBBY :Quel est l’impact des nouvelles technologies sur les différents métiers que vous exercez ?
PJM :Il est évident que la robotisation va remplacer certaines tâches. Par ailleurs, l’intelligence artificielle nous permet d’optimiser la gestion du temps du personnel. Cela facilite la coordination de nos différents services. Enfin, et c’est le plus important à souligner, le plus gros poste d’investissement de notre groupe au cours de ces dernières années est la digitalisation. Elle améliore tous nos processus de production…

LOBBY :Pour conclure, quelles seront, pour vous, les conséquences de la crise en terme d’emploi ?
PJM :Je ne suis pas tellement inquiet. Grâce aux nouvelles technologies, nous pourrons rendre certains services, certains travaux beaucoup plus faciles pour le personnel peu qualifié. Avec le smartphone, on dispose d’une porte d’accès permettant d’aider les gens à mieux travailler sur le terrain. Je suis plutôt optimiste…

LOBBY :Ravi d’avoir partagé ce moment avec un manager optimiste…

Extrait tiré du Lobby 48 disponible ICI.