Mis à jour le 16 juillet 2020

Chroniques de la résilience bruxelloise (15)

Partager sur
métropaul

Sana Afouaiz, Bruxelloise et citoyenne du monde

A la veille de ce week-end de Fête Nationale, permettez-moi d’insister sur la dimension internationale de Bruxelles. Alors que certains Bruxellois songent à émigrer vers le Brabant, de nombreux ressortissants étrangers choisissent notre capitale pour développer leurs activités internationales. Ainsi, j’ai rencontré Sana Afouaiz, de nationalité marocaine, qui a installé à Bruxelles son hub en faveur de l’entrepreneuriat féminin et qui ne le regrette absolument pas…

Agée seulement de 26 ans, Sana Afouaiz est née à Agadir au Maroc. Grâce à ses brillants résultats à l’Université de Rabat, elle a obtenu une bourse pour étudier le leadership et la gouvernance aux USA à Rhode Island. Ensuite, elle a travaillé pour les Nations Unies et la Commission Européenne. En 2016, elle a lancé « Womenpreneur » qui a pour but de promouvoir l’entrepreneuriat féminin entre la Belgique, l’Europe, le Proche et le Moyen-Orient. En offrant les formations nécessaires, elle soutient les entrepreneures au niveau de l’innovation, de la science, de la recherche, des nouvelles technologies, du blockchain. La démarche est de combattre les discriminations dont souffrent les femmes dans le secteur économique. Il s’agit de faire comprendre que travailler pour une femme est tout simplement un droit humain. Depuis 2016, « Womenpreneur » a aidé 10.000 femmes…

Sana Afouaiz aurait pu s’installer à Paris. Elle a finalement choisi Bruxelles. « Je trouve que Paris n’est pas assez ouverte, nous confie-t-elle. A Bruxelles, je ne me sens pas étrangère. Je me sens bruxelloise. Les gens sont très chaleureux. En fait, je pense que Bruxelles a le potentiel pour être le hub de l’Europe. Et, en plus, la cuisine belge vaut le déplacement ». Tout est dit…

Chroniqueur bruxellois + 32 477 33 63 22 • www.aubalcondelactu.be • www.clubgrandplace.eu