Mis à jour le 9 juillet 2020

Le jeu reprend ses droits

Partager sur

Comme la plupart du monde, les clubs belges ont encaissé de plein fouet cette crise du Coronavirus. “Notre plus grosse perte ? Trois mois de greenfees. Avec le shop, les gîtes et autres, j’estime la perte à environ 60 000 euros” nous signale Frédéric Theys, directeur de La Bruyère. “Nous avons dû mettre deux ouvriers sur cinq en chômage temporaire, chaque semaine mais seulement pendant un mois. La situation a aussi été difficile au niveau du club-house, tenu par un indépendant (Martin Appart), qui a cependant bénéficié du droit passerelle et, tout comme nous, de l’aide de la Région wallonne de 5000 euros. (…) Les membres, dont 80% avaient payé leur cotisation annuelle avant le confinement, ont été très compréhensifs. Et très reconnaissants du travail effectué. Les parcours n’ont jamais été aussi beaux et bien préparés qu’au moment de la reprise, le 4 mai. De nombreuses lèvres de bunkers et bords de greens ont été refaits, ce qui est d’habitude impossible sans fermer le trou plusieurs jours.”

Les clubs belges ont appliqué différentes stratégies lors de leur déconfinement, alors que la plupart des membres étaient désireux de jouer. 9 trous, 18 trous, avec ou sans practice, avec ou sans trolleys à disposition, gel hydroalcoolique avant, pendant et/ou après le parcours, chacun y est allé de son règlement particulier en suivant le protocole édicté. “Chez nous, les membres ont pu jouer directement 18 trous, trois voire même quatre fois par semaine pour les full members, et deux fois pour les semainiers. Par contre, tous les groupes extérieurs ont été annulés dans un premier temps, cela n’a recommencé à ce niveau que le 8 juin. Nous espérons désormais un été ‘normal’, car nous aurons bien du mal à subir cela une deuxième fois. Mais je pense que le monde du golf belge a bien joué le jeu et, si cela devait arriver à nouveau dans les prochains mois ou années, les autorités nous feront confiance pour nous permettre de reprendre rapidement.”

GP de La Bruyère maintenu
À noter que les compétitions (de clubs et fédérales) ont recommencé dès le 8 juin en Belgique, sans spectateurs et en respectant bien sûr le protocole requis. Dans ce cadre, le Grand Prix de La Bruyère, épreuve comptant pour le classement mondial amateur prévue du 25 au 27 juillet, avait un beau coup à jouer au niveau international, alors que tous les Grands prix ont été annulés en France jusqu’au 1eraoût. “De nombreux Hollandais se sont déjà inscrits. Nous respecterons bien sûr toutes les décisions fédérales, mais vu que les frontières sont désormais rouvertes, il n’y a pas de raison que les joueurs des pays limitrophes ne nous rejoignent pas…”

PGA TOUR ET EUROPEAN TOUR

Le Masters en automne
Après trois mois d’arrêt, le PGA Tour a repris ses droits dès le 11 juin, via un Charles Schwab Challenge disputé à huis clos sur le parcours texan du Colonial. La plupart des joueurs du top mondial y ont participé, y compris quelques Européens tels Rory McIlroy, Jon Rahm ou même le Français Victor Perez. Les joueurs non domiciliés aux States ayant accepté une période de 14 jours de quarantaine préalable à leur retour sur le circuit. Il est vrai que le jeu en valait la chandelle. Si le Coronavirus a bouleversé toute l’organisation du circuit depuis sa fermeture lors du Players Championship, les playoffs de la FedExcup auront bien lieu. Les différentes manches ont été reportées à peine d’une semaine par rapport à leur date initiale ! Dans ce cadre, de nombreux points restent à marquer pour atteindre la finale du Tour Championship, du 4 au 7 septembre à Atlanta. Mais aussi pour participer à la Ryder Cup qui, à l’heure où nous écrivions ces lignes, était toujours maintenue avec public, fin septembre à Whistling Straits (Wisconsin). Le retour de manière limitée des spectateurs était prévu dès le Memorial Tournament, reprogrammé du 16 au 19 juillet. Reste à voir si les critères de sélection resteront identiques, tant au niveau américain qu’européen, ou si les capitaines s’attribueront l’une ou l’autre Wild card supplémentaire.

Les majors, qui offrent un maximum de points dans les systèmes de sélection, ne se dérouleront en effet pas tous avant la Ryder Cup cette année. The Open a tout simplement été annulé, tandis que le PGA Championship a été postposé du 6 au 9 août à Harding Park (San Francisco). L’US Open sera disputé au Winged Foot GC une semaine avant la Ryder Cup, tandis que le Masters aura lieu pour la première fois de son existence en automne, du 12 au 15 novembre à Augusta.

Reprise en Angleterre

Du côté européen, continent le plus touché par la pandémie -du moins dans un premier temps-, la reprise a été fixée en Angleterre à partir du 22 juillet, avec six tournois faiblement dotés (environ un million d’euros chacun) dont deux d’affilée fin août sur le parcours gallois du Celtic manor resort. Là aussi, une période de quarantaine était demandée aux différents joueurs hors Royaume-Uni, mais il est bien possible que cette mesure ne soit plus d’application en début d’été outre-Manche.

Principales dates à retenir

  • 6-9 août : PGA Championship à Harding Park (San Francisco)
  • 4-7 septembre : Tour Championship à East Lake (Atlanta)
  • 17-20 septembre : US Open à Winged Foot (Mamaroneck, NY)
  • 25-27 septembre : Ryder Cup à Whistling Straits (Wisconsin)
  • 12-15 novembre : masters à Augusta

Extrait tiré du Play Golf 279
Découvrez la version complète ICI.