Mis à jour le 2 juillet 2020

Chroniques de la résilience bruxelloise (13)

Partager sur
métropaul

La défense de Bruxelles passe maintenant par l’arme… Blanche !

D’Angèle à Typh Barrow en passant par Stromae et Damso, l’école bruxelloise de la chanson recèle de superbes pépites. Sans oublier bien sûr Jacques Brel, Annie Cordy et Maurane. Dans cette constellation, il faut désormais ajouter Blanche. En sortant son premier album (intitulé Empire), la jeune Uccloise a déjà démontré toute l’étendue de son talent d’auteure et de compositrice. Cette véritable artiste devrait figurer rapidement dans le top de la chanson bruxelloise. En plus, comme j’ai pu le constater en la rencontrant, elle possède cette curiosité nécessaire pour être une ambassadrice de charme de la capitale. Sachant que Bruxelles doit défendre son image afin de ramener les touristes en son centre, on ne peut que s’en réjouir…

De son vrai nom Ellie Delvaux, Blanche est née à la Clinique Edith Cavell à la fin du deuxième millénaire, très précisément le 10 juin 1999. C’est à l’athénée Royal d’Uccle 1 qu’elle fait ses premiers pas sur scène. Ses débuts dans le showbizz sont ensuite fulgurants. A 16 ans, elle participe à The Voice Belgique et à 17 ans, elle représente notre pays au Concours de l’Eurovision à Kiev où elle obtient une très honorable 4èmeplace (avec City Lights). Sa voix envoûtante et mélancolique marque les esprits. Aujourd’hui, elle sort son premier album, 100% pop rock, Empire, enregistré entre Bruxelles et Londres.

Blanche est une authentique fille de son époque. Elle adore son quartier du Parvis Saint-Pierre à Uccle où elle fréquente notamment le Pain Quot et le Petit Pont. Mais elle aime aussi parcourir Bruxelles, que ce soit à pied ou via les transports en commun. Les magasins de meubles et de décoration du côté de la Rue Haute ont sa préférence, du style de l’Atelier en Ville. Sinon, elle insiste sur les Halles Saint-Géryet son marché « vintage ». Côté restaurants, elle privilégie la nourriture italienne en pointant la Cocina ou Aglio e Olio. Et pourquoi pas le meilleur du street food syrien avec My Tannour à Flagey ? Pour les salles de spectacle, elle se tourne vers l’AB et le Bota. D’une manière générale, elle s’intéresse à l’architecture et au patrimoine de sa ville. L’Avenue des Villas à Forest, l’Abbaye de la Cambre et les Etangs d’Ixellesfont partie de ses musts. « Bruxelles est une métropole très inspirante par sa créativité et sa diversité ». Pas étonnant que la capitale accueille autant d’artistes…

Chroniqueur bruxellois + 32 477 33 63 22 • www.aubalcondelactu.be • www.clubgrandplace.eu