Mis à jour le 6 février 2020

Typh Barrow, Bruxelloise dans l’âme !

Partager sur

Deux ans après Raw, Typh Barrow vient de sortir son deuxième album, également produit par son manager François Leboutte. Ce superbe opus, intitulé Aloha, est empreint de cette multiculturalité, de cette diversité, de cette énergie qui sont l’apanage de Bruxelles. Car notre artiste est représentative de l’école bruxelloise de la chanson que beaucoup de métropoles nous envient et qui rassemble de véritables pépites, de Stromae à Angèle en passant par Musti et Damso. Sans oublier bien sûr Brel et Maurane. Pour en savoir plus sur son identité, j’ai été à la rencontre de Tiffany Baworowski, alias Typh Barrow… 

Tout à la fois polonaise et belge, Typh Barrow est, de son propre aveu, très bruxelloise. « Tout mon parcours est bruxellois. Après ma scolarité, j’ai fait le droit à Saint-Louis. Et j’ai aussi été élève, en jazz, au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles. En fait, il y a un incroyable foisonnement culturel dans cette ville. Les artistes sont naturellement inspirés par ce contexte. En plus, le public est très connaisseur. Et Bruxelles possède une belle palette de salles de spectacle. Il y a, par exemple, le Cirque Royal que j’adore. Et les festivals sont super, comme le Brussels Summer Festival qui a lieu au cœur de la cité. Enfin, les studios d’enregistrement sont de haute qualité ». Notre Bruxelloise fait ici allusion à l’ICP qui est l’un des studios les plus connus du monde. Renaud, Michel Polnareff et Lady Gaga peuvent en témoigner…

Si elle est une grande artiste, Typh Barrow est également une véritable épicurienne. Cela ne se voit pas mais elle adore les restaurants, bruxellois évidemment. Je n’ai pas dû la pousser très longtemps pour qu’elle me livre ses coups de cœur. Au niveau gastronomique, elle place dans son top 3 le Chalet de la Forêt, Comme chez Soi et le Senzanome. Excusez du peu ! Pour les Italiens, elle conseille Racines, Primo et l’Osteria Romana. Et en ce qui concerne le brunch, elle nous suggère Chez Martine, Ôtap et Chyl. A quand Typh Barrow comme inspectrice du Guide Michelin ? En tout cas, elle reste une des meilleures ambassadrices de Bruxelles…