Publié le 10 janvier 2020

Michèle Anne De Mey, leader culturel bruxellois de l’année 2019

Partager sur

Il n’est pas inutile de revenir sur le palmarès des LOBBY AWARDS 2019 et de rappeler que Michèle Anne De Mey a remporté le prix du leader culturel bruxellois de l’année. Elle devance Ingrid De Meûter, experte des Musées Royaux d’Art et d’Histoire et figure de proue de l’exposition Bernard van Orley ainsi que Claire Leblanc, conservatrice du Musée d’Ixelles et inventrice de l’opération « Musée comme chez soi ». A 60 ans, Michèle Anne De Mey mérite d’être reconnue pour son incroyable investissement dans un art hautement bruxellois : la danse contemporaine.

A travers Michèle Anne De Mey, le jury de ces LOBBY AWARDS 2019 a consacré un des domaines majeurs de l’excellence bruxelloise dans l’art, à savoir la danse contemporaine. C’est en 1989, il y a tout juste 30 ans, qu’elle a lancé sa propre compagnie, Astragales. L’idée était de créer l’univers chorégraphique dont elle rêvait, c’est-à-dire à partir de musiques fortes et de compositeurs de renom. Après les succès retentissants de Kiss & Cry et de Cold Blood, elle a proposé, cette année, au mois de novembre, au Théâtre des Martyrs, River, une œuvre quasi expérimentale où la danse est envisagée en terme de dialogue avec d’autres disciplines.

Malgré des moyens limités, notre danseuse-chorégraphe est investie à fond dans le développement de sa petite structure. Enracinée à Bruxelles, elle travaille à l’international. Son contrat-programme avec la Communauté Française, les revenus du tax shelter et les recettes des spectateurs suffisent à peine à couvrir ses frais. Comme tous les entrepreneurs culturels de ce pays, elle doit faire des miracles pour survivre et créer. Heureusement, l’utopie est son principal moteur. Ceci dit, si vous pouvez mettre à sa disposition (permanente) un espace de 400 m2, avec la hauteur nécessaire, et qui servirait de studio pour répéter ainsi que de bureau pour gérer, elle serait la femme la plus heureuse du monde. La seule condition est de pouvoir rester à Bruxelles…