Mis à jour le 19 décembre 2019

WOLF : le nouveau Foodmarket de la capitale

Partager sur

Situé dans la rue Fossé aux Loups, le WOLF Food Market est le nouveau lieu tendance de la capitale. Le concept est de se réunir à seul endroit pour vivre une expérience culinaire à travers le monde. Au total, ce sont 16 restaurants tous différents les uns des autres qui vous ouvrent leurs cuisines dans un cadre d’exception. Et on adore !

Ce nouveau concept est de plus en plus répandu en Europe. Il représente une vraie formule « win-win », autant pour les consommateurs qui profitent à la fois d’un choix large et d’une très bonne qualité, mais aussi pour les professionnels de la restauration, avec certains coûts réduits, comme celui du service qui se fait au comptoir. Une formule avantageuse pour tous qui a déjà fait ses preuves à l’étranger.

Dans une démarche très écologique, WOLF souhaite que la nature reprenne ses droits au sein de la ville, ce qui s’explique assez facilement. À l’époque, on raconte que de véritables loups venaient s’abreuver dans cette rue, qui n’était alors encore que des marais. D’où le nom donné à cette rue du centre de Bruxelles.

C’est dans l’ancienne caisse d’épargne CGER, sur près de 3000 m2, que le créateur audacieux, Lionel Jadot, a transformé cet espace en WOLF.

Lionel Jadot peut être décrit comme un designer, un mécanicien, un architecte d’intérieur… Un créateur qui transforme, réutilise, réduit, recycle et redonne vie aux objets ou donne simplement aux objets une vie inattendue.

En 1943, Alfred Chambon entame la construction d’une banque, siège de l’ASLK – Algemene Spaar en Lijfrentekas – où il construit une porte d’entrée de plus de 7 mètres en bronze et émaux grisâtres – vert, c’est elle qui inspirera la décoration du bar central.

Un maximum des éléments démontés dans le bâtiment ont été utilisé pour construire WOLF. Les signes des différents comptoirs, ainsi que les anciens bureaux, ont été réutilisés. Des caisses de verres Val Saint Lambert de la verrière ont été trouvées et transformées par Lionel Jadot en lampes pour le bar principal.

Les panneaux des comptoirs en marbre deviennent les étagères du bar principal et les baguettes de finition en laiton de ces mêmes comptoirs, les lampes des toilettes. Pour les kiosques, pas moins de 700 moules de fonderie ont été récupérés pour reconstruire une frise rappelant la frise de l’entrée.

Les anciens guichets sont au centre de ce temple cosmopolite de la cuisine. Chaque kiosque est désormais dédié à un restaurant en particulier, où les clients viendront faire la file.

Et d’ailleurs, pour éviter la file, le WOLF a créé une application à installer sur smartphone, pour commander depuis votre téléphone. Vous êtes alors averti quand votre commande est prête, un moyen pratique et apprécié par la jeune génération surtout !

S’adaptant à la tendance écologique et zéro déchet, WOLF met de cette démarche au centre de son projet. L’espace accueille le Food Hub, un marché bio et zéro déchet, déjà installé à Molenbeek et à Leuven, qui permettra aux Bruxellois de venir faire quelques courses en vrac, d’une manière durable, après avoir profité d’un bon repas.

Après avoir dégusté l’un des succulents repas, le foodmarket WOLF propose une « chill room », où il fait bon se reposer, un verre à la main, dans un décor chaleureux, invitant à la détente ! Le petit bonus de la « chill room » est qu’elle dispose d’une Sphere Harmony, une bulle dans laquelle vous pouvez passer 21 minutes de pure détente, pour harmoniser vos énergies !

Wolf Foodmarket ou quand le passé rencontre le présent !

Découvrez-en plus sur www.wolf.brussels

 

Par Riffont Natacha