Mis à jour le 10 décembre 2019

Bombshell de la semaine : Valentina Sampaio

Partager sur

À seulement 22 ans, Valentina Sampaio est devenue le premier mannequin transgenre embauché par la maison Victoria’s Secret. Des traits saillants, des yeux en amande, une silhouette longiligne… la jeune Brésilienne est d’une beauté sans conteste et commence à se faire un nom dans cet univers si fermé. Une petite révolution dans l’industrie de la mode qui fait voler en éclats les dictats traditionnels.

Élevée à Aquiraz, dans le nord-est du Brésil, avec ses six frères et sœurs, Valentina Sampaio se rend vite compte qu’elle n’est pas née dans le bon corps. Dès l’âge de dix ans, elle dévoile sa part de féminité et à douze ans elle décide de se faire appeler Valentina : « Je me suis toujours sentie femme, il n’y a pas eu de décision à prendre, tout s’est passé naturellement. Et je n’ai jamais eu le sentiment d’être rejetée à l’école, tout le monde me voyait déjà comme une petite fille. La seule chose à faire, c’était de prévenir les professeurs de m’appeler Valentina plutôt que d’utiliser mon “vrai” prénom. Ma mère s’en chargeait à chaque rentrée scolaire. Ce n’était pas un problème », avait-elle confié dans les colonnes du magazine « Vogue Paris ».

En grandissant, Valentina Sampaio se prend de passion pour la mode et le stylisme. C’est pendant ses études en fashion design, dans la ville côtière de Fortaleza, qu’elle est encouragée par un maquilleur de studio à démarrer une carrière de mannequin. Elle fait ainsi ses débuts lors de la fashion week de São Paulo, en 2016.

La même année, son parcours prend la voie de l’international en titillant la curiosité de « L’Oréal ». La même année, ils la choisissent pour être leur égérie à l’occasion de la Journée internationale de la femme.

Valentina Sampaio s’affiche ensuite en couverture du ELLE Brésil, et prend vite la pose pour Levi’s, H&M ou encore BALMAIN.

Tout s’enchaîne pour Valentina qui, comme évoquée plus haut, fait la couverture de « Vogue Paris » en 2017. Une première pour le magazine qui n’avait jusque-là jamais mis en avant la beauté d’un mannequin transgenre. Une première étape pour le top dans sa lutte contre la transphobie.

La même année, Valentina Sampaio s’essaie au métier d’actrice dans le film brésilien « Berenice Procura ». Une expérience qu’elle espère bientôt renouveler.

Fin 2018, elle apparaît aux côtés de Charlize Theron dans un spot publicitaire signé Romain Gavras.

Des yeux en amande azur, un corps de 1,77 mètre aux courbes parfaites et une poitrine au bombé tamisé. Quand elle arrive en studio, en jeans et simple t-shirt, Valentina Sampaio a l’aura des beautés taillées pour claquer en couverture. Rien ne la différencie de Gisele, Daria, Edie ou Anna. À un détail près. Valentina, la femme fatale, est née garçon.

Si elle tend à casser les codes, Valentina Sampaio ne le crie pas pour autant sur les toits. Au contraire, la jeune femme sait jouer de sa discrétion. C’est donc tout en finesse que la belle brune a annoncé, samedi 3 août 2019 sur son compte Instagram, rejoindre Victoria’s secret pour une nouvelle campagne publicitaire. Sur la publication, la jeune femme a partagé un portrait d’elle dans les coulisses d’un shooting pour la ligne « Victoria’s Secret PINK ».

Cette publication a été suivie d’une autre, sous forme de vidéo cette fois, accompagnée d’une légende encourageante : « N’arrêtez jamais de rêver ». Cette nouvelle, aussi discrète soit-elle, a créé une véritable avalanche de commentaires positifs comme négatifs…

Quoi qu’il en soit, Valentina Sampaio marque aujourd’hui l’histoire de la mode et ses fans ont hâte de la découvrir dans les créations Victoria’s Secret. Pour le moment, elle continue de faire la une des magazines à travers le monde : « Elle Mexico », « Vanity Fair », « L’Officiel »…

Aujourd’hui installée à New York, la jeune femme embrasse sa nouvelle vie avec, en tête, l’envie de porter haut la parole de sa communauté : « C’est évidemment important. J’ai la chance aujourd’hui d’avoir une plateforme pour sensibiliser le public et apporter un soutien aux personnes transgenres. » Une bonne parole qu’elle partage sur les réseaux sociaux entre deux séances de yoga.

Mais la jeune mannequin n’en oublie pas pour autant d’où elle vient et quand elle n’est pas en séance photo partout dans le monde, c’est chez elle, à Aquiraz, qu’elle se ressource auprès des siens.

Valentina Sampaio a très vite transformé sa différence en force, pour mieux s’imposer dans une industrie en pleine mutation. Et on en est fan !

 

Par Riffont Natacha